Atelier 1-3 PARS3 et RCSSSP : une synergie en émergence!

Marie-Thérèse Lussier, M.D., B.Sc., M.Sc., FCMF
M.D, Ph. D, Unité SOUTIEN, Stratégie de recherche axée sur le patient (SRAP)

L’Unité SOUTIEN SRAP du Québec (USSQ) et l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux du Québec (INESSS) souscrivent à la vision de contribuer par leurs travaux à la mise en place au Québec d’un système de santé apprenant. L’accès aux données cliniques des dossiers médicaux électroniques (DMÉ) favorise la mise en place d’un tel système de santé apprenant en première ligne (PL) en soutenant des activités d’amélioration continue de la qualité, de pratique réflexive et de recherche. Or, l’extraction de données cliniques des DMÉ et leur utilisation à de telles fins reste un enjeu majeur au Québec.

Le présent atelier a pour objectif de présenter un exemple d’une collaboration concrète entre deux initiatives qui travaillent de façon synergique à la mise en place du système de santé apprenant au Québec : la plateforme apprenante en santé et services sociaux (PARS3) et le Réseau canadien de surveillance sentinelle en soins primaires (RCSSSP). D’une part, PARS3, développée par la composante Accès aux données de l’USSQ est un véritable écosystème qui encourage et facilite la collaboration entre les utilisateurs (ex. : chercheurs, cliniciens, patients) et les responsables de l’accès aux données (ex. : cliniques, registres de recherche). D’autre part, Le RCSSSP est un réseau pancanadien qui a créé, à partir des données extraites de DMÉ, une base standardisée de données à des fins de recherche, de surveillance et d’amélioration de la qualité des soins en PL. Jusqu’à récemment, ces deux plateformes évoluaient de façon indépendante.

Dans le cadre du présent atelier, les chercheurs des plateformes PARS3 et RCSSSP illustreront, à partir d’un exemple concret d’amélioration de la qualité des soins offerts aux patients diabétiques en PL, de quelle manière ils pourront contribuer au cycle vertueux du système apprenant en capitalisant sur les forces de chacune. Ils discuteront de la portée de cette première collaboration et de son potentiel de mise à l’échelle.